Chez Lorette - La table de L

Lorette, cuisine, recettes, cours de cuisine grenoble...

dimanche 18 juin 2006

Bonne fête papa !

boisbarbu1

Une fois n'est pas coutume, ce n'est pas de cuisine (quoique...) mais de voile dont je vais vous parler aujourd'hui. Car c'est difficilement avec cuillères et fourchettes que je vais rendre hommage à mon papa chéri mais plutôt en faisant appel à mon tout petit vocabulaire marin.

Il y a plus de 30 ans, mon petit papa, tu as mis les voiles et embarqué maman sur ton navire fou. Après quelques mois de folle équipée, tu as finalement jeté l'ancre pour devenir capitaine de navire, chef de famille. Ce rôle te convenait-il ? Il me semble quand même que tu préférais la mer à la plage, les hauts sommets aux petits pâturages et les copains à ta petite famille. Mais ça, c'est d'un autre temps.

Quand il a fallu, tu étais là, solide comme ton mât, sur le pont, pour contrer vents et marées et tenir droit la barre. Dans ce monde agité tu as tenu ton cap et tels de petits matelots, nous avons suivi ton sillage. Pas toujours aisé de marcher dans tes pas et d'être à la hauteur de ce capitaine là...

Pendant longtemps, nous avons donc suivi, Sam et moi et obéit à tes injonctions toujours posées : hisse la grand voile, abat, vire, remonte l'ancre, met les parbatages... Nous avons bien essayé quelques fois de voler vers d'autres horizons que ceux tu nous destinais mais ton regard de vieux matelot expérimenté nous rappeler à l'ordre ;-)) Si si ;-))

Doucement, nous avons quand même grandi et plutôt que rester près de toi dans le cockpit, j'ai bientôt préféré la proue du bateau qui m'ouvrait à de plus larges vues. Quel serait mon avenir ? Pour nous, tu as toujours voulu le meilleur et j'espère que nous ne t'avons pas déçu.

Maintenant, j'ai mon propre navire, ma propre petite famille à embarquer dans le grand flot de la vie. Toi, tu mets les voiles régulièrement mais je sais que tu es toujours là, prêt de moi pour veiller à ce que je garde le bon cap ;-))

Et pour en revenir une minute à la cuisine, tu n'es peut-être pas celui qui m'a tout appris dans ce domaine mais tu étais là, consciencieux et j'ai le souvenir de ce petit carnet ou tu notais à la lettre les recettes de ta maman pour nous les refaire du mieux que tu pouvais. Souvent les mêmes choses, pas toujours réussies, mais toujours avec amour. Tu étais également là pour goûter à tous mes petits plats et réparer les sottises que je pouvais faire en cuisine.

En ce jour de fête des papas, j'ai préparé des petits mendiants au chocolat salés et épicés qui, je suis sure, te plairaient beaucoup. J'en ferai de nouveaux pour toi quand Boibarbu sera rentré au port.

Aujourd'hui, je pense à toi et aussi à un autre papa qui n'est plus là... Je t'aime.

mendiants_chocolat_sal_

Mendiants au chocolat salés et épicés (d'après Mercotte)

1°/ Faire fondre la quantité de boules Xocopili Valrhona au bain-marie sans jamais dépasser 55°. Descendre le chocolat à 28° et remonter à 31°. Cela s'appelle le tempérage.

2°/ Etaler le chocolat en ronds assez fins sur une feuille de papier sulfurisé à l'aide du dos d'une cuillère. Parsemer de tomates séchées, pignons, pistaches, parmesan, fleur de sel... Et laisser simplement cristalliser (cela peut prendre plusieurs heures par de fortes chaleurs). Réserver dans une boite au réfrigérateur et déguster pour l'apéritif.

J'ai remarqué que ces mendiants dérangent. Des mendiants salés et épicés, c'est bizarre... alors ça ne plaît pas à tout le monde. Personnellement, j'adhère souvent par principe à toutes les nouveautés et bizarreries. Et là, après dégustation à plusieurs reprises, j'adore !

Posté par lorette à 06:00 - Commentaires [14] - Permalien [#]

Commentaires

    JOLI billet ....BISOUS

    Posté par Colette, dimanche 18 juin 2006 à 10:49
  • très belles photos et quel hommage !

    Posté par Béa, dimanche 18 juin 2006 à 11:34
  • Oh! Comme c'est beau!... Si joliment dit.
    Bonne journée

    Posté par Gamelle, dimanche 18 juin 2006 à 12:28
  • Très touchant message.
    Bon dimanche.

    Posté par Hélène, dimanche 18 juin 2006 à 13:57
  • Affreux j' ai les larmes aux yeux..on se reconnait tous dans l' amour paternel, les mots me manquent Lorette..

    Posté par Ellie, dimanche 18 juin 2006 à 14:21
  • Ton message est très émouvant...
    J'ai moi aussi un Papa qui n'est plus là...

    Posté par Sylvie, dimanche 18 juin 2006 à 15:03
  • Merci

    Merci ma Lorette pour ce mot merveilleux.
    C est d un Internet Cafe glauque de Port Said que je lis ton mot de fete des peres, et je ne vois plus l ecran qui s est cache derriere un rideau de larmes. Il me manque des essuies glace.
    Alors Merci. Continue ton sillage au travers de ta passion culinaire et de ta superbe famille dont nous sommes fiers et que nous aimons tant.
    Amour et tendresse,
    Dady

    Posté par Gerard, dimanche 18 juin 2006 à 18:07
  • Bel hommage

    Posté par Fabienne, dimanche 18 juin 2006 à 22:14
  • très très beau... tellement émouvant !

    Posté par sylvia, lundi 19 juin 2006 à 10:11
  • Nan mais oh, tu vas me faire pleurer, là !

    Posté par Anaik, lundi 19 juin 2006 à 10:53
  • Quel beau texte, c'est très émouvant.

    Posté par pascale, lundi 19 juin 2006 à 11:12
  • Bel hommage, tu sais bien dire les choses.

    Posté par mamina, lundi 19 juin 2006 à 13:08
  • ouahou que d'emotions!

    c'est de retour de Belgique que je lis ton si joli mot, je ne sais pas si c la fatigue du voyage ou... mais que d'émotions, je mets rarement des commentaires mais là je ne pouvais pas rester muette, c vraiment chouette de voir ton blog si vivant et qui te ressemble tant... bravo pour tout ce que tu fais, je t'admire sincèrement!

    Posté par Ta cousine Gre, mardi 20 juin 2006 à 15:43
  • j'ai bien aimé

    ce superbe hommage à ton père qui m'a fait coulé une larme épicée jusqu'à ma bouche gourmande.Moi qui t'es vu grandir, t'épanouir, j'ai lu ce témoignage avec beaucoup d'émotion car je sais la relation profonde qui vous unit tous les deux. Tu as beaucoup de chance d'avoir un père comme celui-là et lui aussi à beaucoup de chances d'avoir une fille comme toi.
    Et moi aussi, je t'adore mais que si tu me réponds pour savoir ou on trouve une crépine pour faire la terrine de canard!
    Lorette, tu es une fille formidable!

    Posté par yves, mardi 20 juin 2006 à 17:51

Poster un commentaire